mardi 28 juin 2016

Le 28 à Versailles

J’estois dans les Jardins de l’aimable Demeure,
            Ou le Mécène des François
       Vient voir l’esclat des fleurs, et l’ombrage des bois,
       Quand ses soins redoublez ont mênagé quelque heure
Sur le temps de ses grands Emplois.
            Ce jour mesme, il devoit s’y rendre
       Et je me promenois en resvant pour l’attendre.
            Je me fis un amusement
            D’observer le grand Bastiment

Afficher l'image d'origine

Qui s’élève au milieu de ce séjour champestre ;
       J’admiray mille fois ce Chefdœuvre des Arts
Dont la beauté sans pompe enchante les regards,
Et semble, en se montrant craindre de trop paraistre,
Comme si la Maison vouloit de toutes parts
      Faire également reconnaistre
       La sage modestie, et la grandeur du Maistre.




J’allois essayer, par mes vers,
De tracer les charmes divers
D’une Architecture si belle ;
       J’avois le crayon a la main.
            Lors qu’une aventure nouvelle
            Me fit prendre un nouveau dessein.

  Monsieur Alain Baraton a choisi de devenir jardinier en hommage à son grand-père. Il entre comme aide-jardinier au Parc de Versailles en 1976. Quelques années plus tard, en 1982, il devient le jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc de Versailles.

 Il est membre du Conseil national des Parcs et Jardins et correspondant national de l’Académie d’agriculture de France.










"Marqueteurs, retirons-nous dans ce charmant Boccage.
Le cristal de ses pures eaux,
Le doux chant des petits Oyseaux,
Le frais et l’ombrage sous ce verd feuillage
Nous ferons oublier nos pénibles travaux."